. 

ACCUEIL
 
DELEGUES ET
ADMINISTRATION
 
  ADHERER AU MCF
 
FORUM
  L'ASSOCIATION  
STATUTS DU MCF   STANDARD DE LA MARANS
 
CHAMPIONNATS
RENCONTRES
 
HISTORIQUE
DE LA MARANS
  REGLEMENT EXPOS-CONCOURS
 
LES BAGUES
OFFICIELLES
 
 L' OEUF DE MARANS - ECHELLE DE COLORIS DU MCF   LES VARIETES
DE LA MARANS

 
LE LIVRE  
GENETIQUE
 
LES DEFAUTS 
SILHOUETTE
TYPE IDEAL

 
PETITES ANNONCES
DES MEMBRES

  LISTES DES ELEVEURS   CARTE MAPPEMONDE
DES
ELEVEURS

 
BULLETINS OFFICIELS  
SANTE
 
DOCUMENTS
ANCIENS
 

PUBLICATIONS
DU MCF
 

AUTRES SITES
RECOMMANDES

 
SITES DE LA SCAF ET DE LA FFV
 
GLOSSAIRE
 
CONTACT
 

Photos sous licence Creative Commons
type
 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr CC by sa

 

LA VARIETE
BLANCHE

  Coq Marans Blanc

  jeune Coq Marans Blanc

La Marans Blanche était très répandue dans les années 1960, lors de son époque "semi-industrielle", puis elle fut abandonnée par la suite vers 1966 au bénéfice des volailles de couleur, jusqu'à disparaître progressivement.
Dès son origine, elle fut croisée avec d'autres races blanches telles que la Gatinaise notamment dans un but d'améliorer les performances de production "chair" mais il en résulta entre autres la perte de la couleur  des oeufs
typiques de la Marans.

Considérant la situation de quasi extinction de la Marans Blanche dans laquelle nous nous trouvions, il y a quelques années encore, nous pouvons parler à son égard d'une variété ressuscitée...

Sa renaissance date de 1990 environ. Parmi les variétés existantes aujourd'hui, nous pouvons  estimer que la Blanche est actuellement la plus en vogue parmi les différents coloris rares suivants:
Noir-uni, Coucou-doré, Herminé, Saumon-doré ou Fauve …

Parquet de Marans Blanches

 

DESCRIPTION DE LA MARANS BLANCHE

Le plumage doit être blanc sur tout le corps sans aucune plume rouge, fauve ou noire. Les tarses doivent être eux aussi blancs ou rosés comme pour la quasi totalité des autres variétés de Marans.

Cependant, chez les coqs blancs, les camail, épaulettes et lancettes sont tolérés jaune-paille dans le standard initial.

Quelques explications s'imposent ici et conduisent à développer ci-après les quelques notions essentielles de la génétique du plumage blanc.

 

GENETIQUE DU PLUMAGE BLANC CHEZ LA MARANS

Les caractères génétiques responsables du coloris blanc du plumage des poules ne sont pas des gènes responsables d'un coloris particulier car tous les plumages de nos volailles sont en réalité constitués d'une combinaison de couleurs comme le sont le noir, le doré, le froment, le fauve et bien d'autres des plus complexes.

Le plumage blanc est dû à un caractère génétique qui agit en effaçant comme un voile opaque les coloris de plumages existants.

Il ne s'agit pas non plus de cas d'albinismes qui sont nettement différents sur le plan des facteurs génétiques en cause (absence de toute pigmentation y compris les yeux qui sont roses).

Il existe deux types principaux de gènes responsables du plumage blanc chez les poules :

 

LE BLANC DOMINANT ( I )

Puisque ce caractère est dominant, le simple croisement d'un tel sujet blanc pur avec un autre sujet coloré donne théoriquement des sujets de plumage blanc. La couleur initiale (noire, fauve, froment, coucou, etc…) a été effacée ou voilée sauf pour quelques impuretés qui peuvent s'atténuer par une sélection suivie du plumage blanc sur plusieurs générations et donc: obtention d'un blanc dominant à l'état homozygote c'est à dire pur pour ce caractère génétique "blanc dominant" ( I ).

Les principales races concernées par ce caractère sont notamment la Cou nu du Forez, la Leghorn blanche, la Padoue blanche et peut être aussi certaines souches de Marans blanches …

 

LE BLANC RECESSIF (c)

Comme son nom l'indique, récessif, ce coloris blanc disparaît en première génération par simple croisement avec un sujet au coloris quelconque ; par exemple une Gâtinaise (blanc récessif) croisée avec un coq Gauloise Noire donne des jeunes sujets noirs en 1ère génération.

Autrement dit, le Blanc récessif s'estompe au moindre croisement.

Les sujets colorés obtenus, s'ils n'apparaissent pas blancs de plumage, n'en conservent ils pas moins le caractères génétique (c) blanc récessif à l'état latent dans leur système génétique (leur génotype) au point de pouvoir naturellement le retransmettre à leur descendance par ce que l'on peut appeler un retour atavique du gène Blanc (c).

Ainsi, le croisement entre eux de ces sujets colorés porteurs du caractère (c) à l'état simple (hétérozygote) et par conséquent non exprimé dans le plumage, permet-il d'obtenir une proportion de 25% environ de jeunes sujets blancs.

En effet, par le hasard des combinaisons génétiques d'un tel croisement, deux facteurs (c) peuvent se retrouver ainsi exprimés à l'état double pour certains des descendants, ils sont homozygotes pour le facteur ( c ), et permettent alors d'exprimer visuellement le plumage Blanc récessif lorsqu'il redevient pur.
Le génotype du sujet considéré s'écrit alors, pour ce qui est le blanc: (c/c) puisque le caractère (c) est présent à l'état double dans son chromosome.

Les races concernées par le Blanc récessif sont plus nombreuses, il s'agit notamment des Bresse blanche, Gâtinaise, Marans Blanche, Nègre soie, Dorking, Wyandottes etc…

A noter : Le duvet des poussins est soit jaune clair soit blanc grisâtre (ou blanc fumé).

Les sujets Blancs récessifs peuvent comporter quelques impuretés éparses de gris, de noir ou de fauve, généralement facilement "toilettables" mais sans excès en vue des expositions. Ils comportent aussi des reflets jaunâtres sur les camails, dos, épaules et lancettes des coqs qui apparaissent après la mue d'adulte.

 

LES REFLETS JAUNATRES DE LA MARANS BLANCHE

Le plumage de la Marans Blanche étant, en théorie, provoqué par la présence du gène "blanc récessif", il est par conséquent normal chez les coqs blancs de voir apparaître des reflets jaune-paille sur le camail, le dessus du corps et les lancettes.

Ces reflets semblent renforcés par l'action du soleil mais il faut admettre que la cause réelle de leur présence est d'ordre génétique puisque ces reflets jaunes sont révélateurs de la présence de caractères génétiques fauves ou cuivrés insuffisamment voilés par l'action du facteur génétique "blanc récessif".

Par ailleurs, ajoutons encore qu'à l'heure ou nous écrivons ces lignes, rien ne prouve que le facteur "blanc récessif" ait été le seul caractère responsable du plumage blanc dans la race Marans.

En effet, le "blanc dominant", théoriquement moins fragile au jaunissement, pourrait très bien exister dans certaines souches de Marans Blanches compte tenu des croisements opérés dès les origines de la race voire même au cours du temps…

Le seul moyen efficace pour éliminer totalement les reflets jaunes (s'il devait s'avérer que cela devienne indispensable chez la Marans) consisterait à sélectionner des souches de "blancs dominants" (et non pas de "blancs récessifs") à l'état pur (homozygotes) de manière très suivie sur de nombreuses générations.

La Marans Blanche n'étant à priori concernée que par le caractère "Blanc récessif", la présence des reflets jaunes s'est naturellement imposée dès l'origine dans le standard officiel et à juste titre.

Il existerait une possibilité d'effacer les résidus de fauve ou rouge par l'apport, dans le génotype, du caractère "Argenté" (S), dans le but d'éliminer les reflets jaunâtres. En d'autres termes des sujets blancs sur fond de Noir-argenté purs … lesquels ne sont plus trop rares aujourd'hui.

Les coquilles des œufs des Marans blanches actuelles paraissent être d'une tonalité moins foncée par rapport à celle des œufs de bonne souches de Noir-cuivré ou d'autres. Cette carastéristique n'est absolument pas immuable.

Il paraît incontestable que la sélection du coloris des œufs ne puisse que progresser dans les années à venir, notamment par l'apport d'un sang neuf de Marans Noir-cuivré ou surtout de Noir-argenté dont il ne faut surtout pas craindre l'usage avec la Blanche. Rappelons à cet égard que beaucoup de Marans blanches sont issues de souches Noir-cuivré, lesquelles ont donc contribué à sa renaissance.

PROBLEMES ET SELECTION DU COLORIS DES TARSES

Tarses blancs à gauche, tarses gris-bleu à droite

POUSSINS MARANS BLANCS

A gauche: tarses blancs.

A droite: tarses gris-bleu.

Si la Marans Blanche est exigée avec des tarses blanc-rosé, c'est donc encore loin d'être systématiquement le cas aujourd'hui dans nos souches car le gène (id+), qui est responsable des pattes bleutées, apparaît encore occasionnellement dans la progéniture des Marans Blanches.

Ils doivent donc être blanc-rosé et non pas gris-ardoise ou bleutés, voire gris-plomb comme chez la race de Bresse.

Enfin, un autre caractère responsable des coloris des plumages, le mélanisme (Ml), permet d'influer de manière complexe sur le gène (id+),

ce qui tend à expliquer l'existence d'une variabilité du coloris gris des tarses depuis le gris clair jusqu'au presque noir. C'est une des raisons pour lesquelles la couleur des tarses de nos Marans Noires ou Noir-cuivré n'est pas blanc-rosé, à l'inverse de toutes les autres variétés (Marans Blanche, Coucou, Froment, Fauve…) dont les gènes tendent à inhiber l'action du mélanisme.

Il est bien évident que l'amélioration des souches concernées ne peut se réaliser que par élimination des sujets à pattes bleutées ou grises ou par l'introduction des reproducteurs de Marans Blanche aux tarses blanc-rosé (de préférence un coq puisqu'il va transmettre ses gènes à toute sa descendance).

Si ce n'est déjà fait dans les souches actuelles de Marans Blanches, il convient d'introduire le caractère génétique dominant (ID) responsable de la couleur blanc-rosé des tarses dès lors que la quasi totalité de ses reproducteurs disposeraient de pattes grises. Dans le même temps, il faut procéder à une sélection progressive d'élimination des tarses gris-bleu.

Il nous apparaît que ce défaut qui persiste surtout en Marans Blanche doit pouvoir se régler sans trop de problème dans les années à venir puisque dans les souches, les sujets corrects à pattes blanches existent incontestablement.

Cependant, il faut noter que les croisements améliorateurs de l'œuf qui utilisent certaines souches de Noir-cuivré peuvent réintroduire occasionnellement le caractère assombrisseur des tarses (id+) qui leur est naturellement lié. La présence de tarses blancs dans les reproducteurs choisis de l'une et de l'autre au moins des souches en question s'avère d'autant plus précieuse lorsqu'il s'agit de l'utilisation du Noir-cuivré comme améliorateur.

LA SELECTION DE LA MARANS BLANCHE

Très belle poulette Marans Blanche

 

L'examen des qualités et des défauts des souches blanches actuelles dont il faut souligner que la sélection est contemporaine, permet de définir essentiellement les trois grandes lignes suivantes pour l'amélioration de la Marans Blanche :

 

Concernant ce dernier point, il faut insister sur le fait qu'un parquet de Marans Blanches dont la totalité des reproducteurs serait à pattes bleues ou gris plomb ne pourrait théoriquement plus jamais donner naissance à un seul sujet aux pattes blanches.

En effet, le caractère (ID) "pattes blanches" qui est dominant, ne peut pas renaître par miracle de sujets reproducteurs aux pattes grises (car le gène est récessif).

Il semble par conséquent indispensable aujourd'hui d'utiliser autant que possible un coq à pattes blanches.

A défaut, dans le cas d'un coq présentant les pattes gris-bleu (ou gris-plomb), il s'avère obligatoire d'utiliser des poules aux pattes blanches (quitte à se contenter, le cas échéant, d'un simple couple dont l'un des deux sujets au moins présente des tarses blancs rosés).

 

LES CROISEMENTS CONSEILLES AVEC LA MARANS BLANCHE

Jeunes coqs Marans Blancs

L'amélioration de la couleur blanche du plumage ne saurait être parfaite, dès lors que des croisements hors variété sont effectués avec des sujets Noir-cuivré dans le but d'améliorer certains caractères prioritaires (les oeufs par exemple) qui ne concernent pas la pureté du blanc.

Les deux variétés Froment et Fauve, par leur dominante en pigments rouges et fauves, ne peuvent que nuire à la pureté du plumage des Marans Blanches actuelles qui montrent à cet égard un bon niveau de qualité.

Il apparaît aujourd'hui que nous sommes loin d'en être réduit à cette situation extrême puisque les sujets aux tarses blancs ne sont pas rares dans le cheptel actuel de Marans Blanches.

Quant à la méthode des croisements "hors la race" (par exemple avec la race Gâtinaise blanche), il faut souligner que dans le cas spécifique de la Marans, cette solution est à proscrire formellement. Ce serait d'ailleurs reconduire les erreurs passées qui ont détruit les souches de Marans Blanches originelles qui, avec des oeufs non conformes à la race, n'apportaient plus rien à notre aviculture.

L'apport d'un sang étranger à la race ne manquerait pas de dégrader rapidement le caractère génétique du coloris extra-roux des œufs, entraînant par là un travail de sélection pour l'œuf beaucoup trop long et fastidieux voire insurmontable par la suite en variété Blanche. Seuls, les croisements "dans la race" s'imposent, dès lors qu'une amélioration ne peut être obtenue que par l'apport indispensable des gènes contenus avec certitude dans le génotype d'une autre variété de la Marans.

L'amélioration de la coloration des œufs de Marans Blanches s'imposant à l'heure actuelle prioritairement à toute autre sélection, il convient surtout de procéder à d'éventuels croisements utiles avec des souches de Marans dont les œufs sont les plus foncés possibles.

L'utilisation des meilleures Marans Noir-cuivré mais surtout Noir-argenté (pour la production de l'œuf extra-roux) paraît s'imposer naturellement dans ce but surtout pour les souches qui ont, dors et déjà ou à peu près, réglé le défaut des tarses gris-bleu.

Il convient de rappeler à cet égard que le coloris le plus adapté en croisement pour ce qui est de la qualité du plumage blanc de nos volailles, dans le cas d'un croisement indispensable hors variété, se trouve être paradoxalement le coloris Noir-uni pur, mais qui est rarissime malheureusement chez la Marans.

En tout état de cause, de tels croisements de variétés "dans la race", s'ils s'avèrent indispensables de manière plus ou moins ponctuelle, doivent suivre un plan de sélection et un minimum de suivi sur plusieurs années.

Rappelons que dans le même temps, la constitution de parquets d'élevages en Marans Blanches pures doit être assurée systématiquement par sécurité pour le réservoir actuel du coloris génétique Blanc de la Marans.

Afin de conclure, nous pouvons donc admettre à ce jour et à défaut d'expériences à terme, que les meilleurs croisements améliorateurs de la Marans Blanche se résument comme suit :

 

Voir aussi le standard officiel de la Marans: coloris Blanc

 

Variété Coucou-argenté
Variété Coucou-doré
Variété Noir-uni
Variété Noir-cuivré
Variété Froment
Variété Fauve à queue noire
Variété Blanche
Variété Herminée

Variété Noir-argenté
Variété Bleu-cuivré et Bleu-argenté
Variété Blanc sale (splash)
Variété Saumon-doré et Saumon-argenté

La Marans naine

adhérez au MCF

ACCUEIL

HAUT DE PAGE

© (copyright) MCF 2001/2010
all rights reserved
©