. 

ACCUEIL
 
DELEGUES ET
ADMINISTRATION
 
  ADHERER AU MCF
 
FORUM
  L'ASSOCIATION  
STATUTS DU MCF   STANDARD DE LA MARANS
 
CHAMPIONNATS
RENCONTRES
 
HISTORIQUE
DE LA MARANS
  REGLEMENT EXPOS-CONCOURS
 
LES BAGUES
OFFICIELLES
 
 L' OEUF DE MARANS - ECHELLE DE COLORIS DU MCF   LES VARIETES
DE LA MARANS

 
LE LIVRE  
GENETIQUE
 
LES DEFAUTS 
SILHOUETTE
TYPE IDEAL

 
PETITES ANNONCES
DES MEMBRES

  LISTES DES ELEVEURS   CARTE MAPPEMONDE
DES
ELEVEURS

 
BULLETINS OFFICIELS  
SANTE
 
DOCUMENTS
ANCIENS
 

BOUTIQUE
 PUBLICATIONS

CB 
PAYPAL

AUTRES SITES
RECOMMANDES

 
SITES DE LA SCAF ET DE LA FFV
 
GLOSSAIRE
 
CONTACT
 

Sponsors partenaires  du MCF:


 
Votre emplacement de sponsor du MCF. Informations et conditions par mail : maransclubdefrance@marans.eu


GLOSSAIRE

Dessin de notre ami Bingo74, sur le  Forum du MCF.

Aile affaissée ou tombante : Lorsque les rémiges primaires sont visibles, aile lâche (sans ressort) portée basse. Défaut chez toutes les races lourdes et moyennes. Chez certaines races naines, l'aile portée basse est exigée par le standard. Dans ce cas elle est dirigée vers le sol et vers l'arrière.

Aile faible : Montrant un léger vide entre les primaires et les secondaires, aile sans ressort, ne restant pas fermée et ne collant pas au corps.

Aile fendue : ouverture (trou) entre les rémiges secondaires et primaires. Défaut grave que l'on rencontre beaucoup chez les races lourdes.


Allèles : formes différentes d'un même gène. Un gène sauvage et ses différentes mutations sont des allèles. On dit aussi gènes homologues.
On appelle allèles les différentes versions d'un même gène. Chaque allèle se différencie par une ou plusieurs différences de la séquence de nucléotides. Ces différences apparaissent par mutation au cours de l'histoire de l'espèce, ou par recombinaison génétique. Tous les allèles d'un gène occupent le même locus (emplacement) sur un même chromosome. On  dit souvent  indifféremment  gène pour allèle.

Les différents types d'allèles sont les suivants :


Argenté : se dit d'un plumage dont la phaeomélanine a été supprimée sous l'effet de la mutation dominante S. Celle-ci n'affecte pas l'eumélanine ni la couleur saumon de la poitrine de la poule sauvage. C'est pourquoi on désigne la variété argentée de celle-ci, par "saumon argenté".


Bantam : nom générique désignant les volailles naines. Dénomination ancienne encore utilisée dans certains pays pour désigner les volailles naines.

Barbe : Ensemble de plumes couvrant les barbillons et la gorges, comprenant la cravate et les favoris (interdit chez la Marans).

Barbillons : appendices de chair transparente, généralement plats et prenant naissance sur les branches de la mandibule inférieure du bec.


Barre (de l'aile) ou Brassart : ou encore "Grandes couvertures" : barre formé par le dessin de l'ensemble des tectrices, l'aile étant fermée.


Barré (couleur) : dessin du plumage présentant des bandes foncées et claires dans le sens de la largeur de la plume.


Bec croisé : malformation des mandibules du bec. Elles se croisent au lieu de se poser l'une sur l'autre.


Bossu (dos) : malformation des os iliaques et du sacrum. Dit aussi "Dos de carpe".


Bouclier : plumes de l'aile à l'exception des rémiges primaires.


Bouffant : plumes duveteuses qui garnissent les cuisses, le ventre et les parties anales chez les races lourdes.


Bouquet d'oreille : petite plumes protégeant le conduit auditif.


Brassart ou Barre (de l'aile): barre formé par le dessin de l'ensemble des tectrices, l'aile étant fermée. Voir aussi Grandes couvertures.


Bréchet (Sternum) : os plat, bien droit, développé en carène et recouvert des muscles pectoraux très développés (chair blanche). Le bréchet dévié (déformation anatomique) constitue un défaut très grave. Une légère déviation est tolérée.


Caillouté : terme d'élevage désignant un plumage formé de plumes noires à extrémité blanche, ceci sous l'effet d'un gène récessif mo.


Camail : plumage du cou composé de plumes longues, étroites et effilées qui recouvre les épaules. généralement plus développé chez le coq.


Caractères dominants et récessifs : un caractère génétique est dominant lorsque, par croisement avec un sujet ne présentant pas ce caractère, il s'observe dans 50 % au moins de la descendance. C'est le cas du caractère noir uniforme déterminé par le gène E. Ainsi, par croisement d'un sujet porteur de ce gène à l'état homozygote (E/E) ou hétérozygote (E/e+) avec un sujet sauvage, donc de génotype e+/e+, on aura dans le premier cas 100 % et dans le second 50 % de descendants uniformément noirs. On dira que le caractère noir uniforme est dominant par rapport au caractère sauvage. Le caractère "dominé", ici le caractère sauvage est dit récessif.
Remarquons que les gènes E et e+ sont des allèles. C'est à dire qu'ils occupent le même locus sur une paire de chromosomes homologues. Quand l'effet d'un gène masque celui d'un gène occupant un autre locus, on ne dira pas que ce gène est dominant par rapport au second mais qu'il est épistatique. Par exemple, le gène E est épistatique par rapport au gène s+ responsable du caractère doré, en ce sens que le noir uniforme masque toute trace de phaeomélanine dans le plumage. Le gène masqué est dit hypostatique.


Caractère héréditaire ou génétique : Caractère physique ou psychique (on dit aussi "trait") d'un être vivant déterminé par la présence dans son génome d'un ou plusieurs gènes et de ce fait transmissible à sa descendance. Par exemple, la couleur uniformément noire du plumage (1 gène). Un gène n'est observable que par le caractère qu'il induit.


Caractère lié au sexe : caractère héréditaire déterminé par un gène associé au chromosome sexuel X. Porté en double ou en simple dose par le coq (paire XX), en simple dose chez la poule (paire XY). C'est le cas du caractère coucou déterminé par le gène dominant B. Les chromosomes non sexuels sont appelés autosomes et les caractères induits par ceux-ci sont dits autosomiques.

Caudales : voir Rectrices

Chapon : coq châtré en vue de l'engraissement.


Chromosomes : structures microscopiques présentes dans le noyau des eucaryotes, où le matériel génétique (l'ADN) est associé à des protéines (histones). Ces structures se dédoublent au moment de la division cellulaire (mitose). Dans les cellules somatiques (toutes les cellules à l'exception des gamètes), les chromosomes se présentent sous forme de paires d'éléments d'aspect identique, l'un provenant du père, l'autre de la mère. On dit des chromosomes d'une telle paire qu'ils sont homologues. Ils comportent les mêmes loci. Voir caractère lié au sexe.


Commissure du bec : point où les deux mandibules se réunissent.


Condition : état d'un animal pour exprimer son état de santé, son état de propreté, son état de perfection du plumage, des pattes, des attributs de la tête, etc.


Corne (couleur) : couleur du bec et des ongles. La teinte est plus foncée ou plus claire suivant les variétés.


Coup de pouce : sorte de creux ou affaissement partiel de la crête, comme si d'un coup de pouce on avait cherché à la refouler de l'autre coté.


Couvertures (petites et moyennes de l'aile) : aussi appelées petites et moyennes tectrices. Les petites couvrent la partie supérieure de l'aile, elles sont suivies des moyennes. L'ensemble se désigne par "dessus de l'aile" ou quelquefois "bouclier" de l'aile.


Crête : excroissance charnue prenant naissance à la base de la mandibule supérieure du bec et s'étendant plus ou moins loin sur le sommet de la tête. Forme et dimension varient suivant les races (crête simple, double, frisée...). Chez la Marans, c'est une crête simple.


Crête plissée : se dit d'une crête simple faisant un double pli à sa partie frontale (à l'avant de la tête) (défaut grave) dite aussi crête en S.


Crête simple : consiste en une lame de chair partant de la base de la mandibule supérieure du bec et se terminant à l'arrière de la tête. Le bord supérieur est découpé en forme de dents. L'extrémité arrière consiste en un lobe plus ou moins arrondi et se détachant à l'arrière de la tête. Toujours portée droite chez le coq, elle est parfois penchée chez la poule. Forme et grandeur varient suivant les races.


Crêtillon(s) latéral(aux) : excroissance(s) en forme de dent sur l'une ou l'autre face d'une crête simple.


Crétillon double :Croissance de 2 crétillons sur une même base, ou 2 dentelures accolées (défaut grave)

.
Croisement F1 : croisement de première génération. Conduit (si les parents sont purs) à un seul phénotype.

Croisement F2 : croisement entre hybrides F1. Donne lieu à l'apparition de phénotypes différents appelée ségrégation.


Croisement en retour : Croisement destiné à préciser le génotype d'un sujet par croisement avec un sujet de génotype connu. Quand ce croisement est réalisé entre des hybrides F1 et des sujets de l'un ou l'autre type parental, on parle de croisement en retour.


Croupe : partie supérieure de l'arrière train s'étendant des reins à la queue. Le sacrum en forme la base.


Croupion : partie du corps sur laquelle sont implantées les plumes de la queue.


Denté(e) : ( crête dentelée) en dents de scie plus ou moins profondes suivant les races.


Dentelures : (de la crête) découpures en forme de dents.


Dessin fautif : dessin de la plume n'étant pas en concordance avec les exigences du standard.


Dessus de l'aile : l'ensemble des petites et moyennes couvertures.


Dihybridisme : hybridation faisant intervenir deux loci différents. Quand n'intervient qu'un seul locus, on obtient en F2 une ségrégation mendélienne et on parle de monohybridisme. Quand plus de deux loci interviennent, on parle de polyhybridisme.


Doigt : partie inférieure du membre postérieur, terminée par l'ongle. Ils sont généralement au nombre de quatre, s'articulant isolément, trois en avant et un en arrière. Ce dernier porte le nom de pouce, alors que les trois autres se dénomment les doigts antérieurs qui comprennent le doigt interne, le médian et l'externe. Certaines races dites pendactyles, (Faverolles, Houdan) possèdent un cinquième doigt, situé au dessus du pouce et ne reposant pas sur le sol.


Doigt crochu : doigt fortement courbé au lieu d'être droit.


Doré : se dit des plumages où se manifeste la présence de phaeomélanine. L'adjectif est souvent employé pour désigner la variété sauvage appelée "saumon doré".

Dos : Ligne du dos :
Dos concave : Quand la ligne du dos est creuse.
Dos en lyre : Ligne du dos arrondie uniformément aussi bien vers la tête que vers la queue (concave)
Dos de carpe : Sujet bossu, trop voûté, déformation de la colonne vertébrale :

Epaule : partie du corps à la naissance de l'aile.


Ergot ou
Eperon : corne implantée sur le côté interne du tarse chez les coqs, mais aussi chez certaines poules. Il constitue une arme de défense.
Leur présence chez la poule est un défaut sauf dans certaines races combattantes.


Eumélanine : pigment noir responsable de la couleur noire du plumage.


Face : comprend les joues et le pourtour des yeux. Elle est constituée par une étendue plus ou moins grande de peau, plus ou moins dénudée.


Faucilles : grandes et petites plumes recourbées couvrant et garnissant les rectrices chez le coq.
Grandes faucilles : Au nombre de 2, ce sont les grandes plumes recourbées qui forment le "panache". Elles sont peu développées chez les races plus lourdes, très bien développées chez les races légères et moyennes.
Petites faucilles : Petites et moyennes plumes recouvrant les rectrices.


Favoris : Petites plumes qui recouvrent les joues en partie et les oreillons (interdit chez la Marans).


Flammée : terme d'élevage désignant une plume, généralement de forme allongée et pointue comme les plumes du camail, dont la partie centrale, le long de la hampe, porte une marque noire en forme de flamme.


Frisée (plume) : plume entièrement ou partiellement tirebouchonnée.


Gène : segment d'ADN contenant l'information (via le code génétique) nécessaire à la synthèse d'une protéine. A chaque protéine correspond un gène. Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel. On dit ainsi que l'ADN est le support de l'information génétique car il est comme un livre, un plan architectural du vivant, qui oriente, qui dicte la construction des principaux constituants et bâtisseurs cellulaires que sont les protéines (chaîne(s) polypeptidique(s)), les ARN fonctionnels (ARN ribosomiques, ARN de transferts et autres) et les enzymes (chaîne(s) de polypeptide(s) associée(s) ou non à des ARN). Les unités d'informations génétiques, qui constituent les gènes, sont transmises de cellules à cellules au cours du processus de la mitose après duplication du matériel génétique (chromosome(s)). La "reproduction" peut nécessiter une sexualité ou non selon les espèces mises en jeu. L'ensemble du matériel génétique d'une espèce constitue le génome et ainsi de suite se déclinent le protéome pour l'ensemble des protéines exprimées (on dit aussi codées par les gènes), le transcriptome (voir ARN messager)...


Gènes dominants et récessifs : voir caractères dominants et récessifs. Les gènes et les caractères qu'ils induisent sont représentés par des symboles comportant de 1 à 3 lettres. Dans le cas des gènes (caractères) dominants, ces symboles commencent par une majuscule ; dans le cas des gènes (caractères) récessifs, par une minuscule. Pour distinguer les gènes sauvages de leurs mutations, le symbole qui leur correspond porte un + en exposant. Cette symbolique simplifie considérablement le langage de la génétique. Ainsi, au lieu de parler du "gène récessif responsable de la présence de phaoemélanine dans le plumage de la race sauvage", on parlera plus simplement du gène s+. Généralement, le symbole utilisé pour représenter un gène rappelle une caractéristique du phénotype induit par celui-ci. Par exemple, la mutation dominante responsable des variétés argentées est représentée par la lettre majuscule S, première lettre de "silver" (argent en anglais). Pour simplifier l'écriture, on conserve la même lettre pour représenter l'allèle sauvage et récessif correspondant mais sous forme de minuscule : s+.

Génome : c'est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté par des molécules d'ARN). Il contient en particulier toutes les séquences codantes (transcriptes en ARN messagers, et traduites en protéines) et non-codantes (non transcrites, ou transcrites en ARN, mais non traduites).


Génotype : formule génique déterminant un phénotype particulier. Le génotype d'un individu (qu'il soit animal, végétal, bactérien ou autre) est la somme des gènes qu'il possède. Le phénotype, quant à lui, correspond à la somme des caractères morphologiques, physiologiques ou comportementaux qui sont identifiables de l'extérieur. Ainsi, deux individus peuvent avoir le même génotype mais pas forcément le même phénotype (et réciproquement), en fonction des conditions d'expressions des gènes qui confèrent un aspect identifiable, discernable.


Gorge : partie située sur le dessus du cou, sous les barbillons.


Grandes faucilles : les deux plus grandes et plus hautes dépassant les autres.

Grandes couvertures ( voir brassard ) : Barre formée par le dessin de l'ensemble des tectrices.


Hétérosis : phénomène génétique se manifestant par le fait que les hybrides présentent généralement une plus grande vigueur que les sujets "purs" dont ils proviennent.


Hétérozygote : parlant d'une paire de gènes homologues, se dit d'un sujet où ces gènes sont deux allèles différents. Parlant d'un caractère dominant, on dira aussi que le sujet est hétérozygote par rapport à ce caractère lorsque celui-ci est déterminé par un gène dominant accompagné d'un allèle récessif.


Homozygote : parlant d'une paire de gènes homologues, se dit d'un sujet où ces gènes sont identiques. Parlant d'un caractère dominant ou récessif, on dira aussi que le sujet est homozygote par rapport à ce caractère lorsque celui-ci résulte de la présence de deux gènes identiques.

Huppe :  Touffe de plumes située sur le sommet du crâne (interdit chez la Marans).

Hybrides F1 : sujet de première génération dans un croisement. Le croisement de ceux-ci donne des sujets dits de génération F2.

Iris : membrane circulaire rétractile de l'œil. L'iris donne la couleur particulière aux yeux de chaque individu. Il est rouge orange chez la Marans.


Jambe (pilon) : partie du membre postérieur correspondant au tibia (recouverte de plumes).
Jambes en "0" : malformation par laquelle les jambes se plient vers l'extérieur à hauteur du genou
Jambes en "X" : malformation par laquelle les jambes se plient vers l'intérieur à hauteur du genou.


Lancettes : plumes longues, effilées, pointues, analogues à celles du camail, prenant naissance sur les reins et retombant sur les cuisses et recouvrant très souvent l'extrémité des ailes. seulement chez le coq.


Lignée : ensemble des produits d'un même reproducteur mâle.


Liseré : se dit d'un plumage dont les plumes comportent un liseré plus clair ou plus foncé bordant le contour de celles-ci.


Liserée (plume) : plume offrant sur la couleur du fond une bordure régulière plus claire ou plus foncée, se dit aussi maillée.


Liserée double (plume à) : dessin d'une plume offrant en plus du liseré terminal, un second liseré intérieur.

Lobe : Partie arrière de la crête simple, ne doit pas être collé à la nuque.

Locus : est un emplacement physique précis et invariable sur un chromosome, et par extension la carte factorielle le représentant. Un locus peut être un endroit du chromosome où se situe un gène mais pas nécessairement.
Il ne faut pas confondre allèle et locus. Un allèle est une « version » d'un gène et peut se retrouver à différents endroits sur un même chromosome et même sur un chromosome différent (duplication et transposition).
Pour le pluriel de locus, il est courant d'utiliser le mot loci.


Main : (Vol) extrémité de l'aile comprenant les rémiges primaires.


Manchettes : un groupe de plumes raides qui se situe à l'extrémité du tarse et dirigé vers le bas et en arrière. Les manchettes vont de pair avec des tarses emplumés. Dit aussi "Botte de vautour".


Miroir : terme d'élevage qui désigne le triangle de couleur chamois formé, chez le coq de type sauvage, par les barbes externes des rémiges secondaires quand l'aile est fermée.


Miroir de l'aile : partie de l'aile, en forme de triangle sur la pointe d'une aile qui est fermée, faisant suite aux barres de l'aile et formé par la partie visible des rémiges secondaires quand l'aile est fermée. Ce triangle, appelé habituellement "Miroir" est formé par les barbes externes des rémiges secondaires qui sont les seules visibles lorsque l’aile est fermée.


Monohybridisme : voir dihybridisme.


Mutation : variation spontanée se produisant dans la descendance d'un individu, ou modification accidentelle subie par un gène sauvage, devenant héréditaire.


Mutation dominante : mutation s'exprimant par un phénotype particulier, différent du type sauvage, même à l'état hétérozygote.


Mutation récessive : Mutation ne s'exprimant par un phénotype particulier qu'à l'état homozygote.


Mutation semi-dominante : mutation s'exprimant à l'état hétérozygote par un phénotype intermédiaire entre celui propre à la mutation et le phénotype sauvage.


Œil coulé : iris jaune, orange ou rouge avec tache noire, rejoignant très souvent la pupille.


Œil marbré : marbrures ou taches à l'intérieur de l'iris jaune-orangé.



Œil de poisson : œil sans coloration, paraissant verdâtre.


Œil perlé : œil décoloré ou jaune paille très pâle, parfois "sablé" de rose..


Œil de vesce : œil de coloration foncée observé chez certaines races de poules domestiques. Dû à une mutation récessive du gène Br+ responsable de la couleur rubis de la race sauvage. L'expression trouve son origine dans la couleur brun-noir des graines de la plante fourragère appelée vesce.


Oreillons : parties charnues prenant naissance sous le conduit auditif. Forme et couleur changent suivant les races.
Oreillons sablés : Les oreillons rouges sont marqués de points blancs 
Oreillons impurs : Les oreillons rouges sont envahis en partie par du blanc ou vice-versa

Orifice nasal : ouverture extérieure du nez se trouvant à la base de la mandibule supérieure du bec (fosses nasales).


Parquet : ensemble d'un coq et plusieurs poules, généralement un minimum de quatre.

Petites couvertures : aussi appelées petites et moyennes tectrices. Les petites couvrent la partie supérieure de l'aile, elles sont suivies des moyennes. L'ensemble se désigne par "dessus de l'aile" ou quelquefois "bouclier" de l'aile.


Petites rectrices : (couverture de la queue) plumes raides recouvrant la base des grandes rectrices de la queue. Voir Rectrices.


Phaeomélanine : pigment des plumes responsable des couleurs de plumage allant du jaune clair au rouge foncé.


Phénotype : s'agissant d'un caractère particulier, aspect extérieur d'un sujet, par référence à son génotype. Deux sujets peuvent avoir un même phénotype mais un génotype différent. Ainsi, parlant de la couleur noire uniforme du plumage, on dira que les sujets de génotype E/E et E/e+ ont le même phénotype noir uniforme.
Le phénotype est l'état d'un caractère observable (caractère anatomique, morphologique, moléculaire, physiologique, ou éthologique) chez un organisme vivant. L'ensemble des phénotypes observables chez un individu donné est parfois appelé le phénome.
Le concept de phénotype est défini par opposition au génotype, l'identité des allèles qui caractérise le génome d'un individu. Pour certains traits simples, la correspondance entre le génotype et le phénotype est directe, et les deux sources d'information sont redondantes. Cependant, la plupart des caractères (les caractères quantitatifs) dépendent de multiples gènes, et l'influence du milieu (l'environnement dans lequel l'organisme se développe et vit) peut être un facteur déterminant. Dans ce cas, le génotype ne permet pas de prévoir précisément le phénotype de l'individu, mais seulement d'estimer sa valeur moyenne.
Traditionnellement, le phénotype est plus facile à mesurer que le génotype. La génétique classique utilise l'observation des phénotypes pour déduire les fonctions des gènes. Des expériences de croisement permettent d'étudier les interactions. C'est ainsi que les premiers généticiens furent capables de travailler sans connaissance des mécanismes de la biologie moléculaire.
La présence de variations phénotypiques dues aux variations génétiques est un élément fondamental de l'évolution par sélection naturelle. La valeur sélective (fitness) d'un individu résulte de ses traits d'histoire de vie, influencés par la contribution de milliers de caractères. Sans variation phénotypique héritable, tous les individus auraient la même valeur sélective et l'évolution se serait due qu'au hasard (dérive génétique).
La relation entre le phénotype P et le génotype G d'un individu est souvent conceptualisée par l'équation P = G + E, où E représente l'effet de l'environnement sur le phénotype, considéré la plupart du temps comme aléatoire. Au niveau de la population, une relation similaire peut être définie pour la variance phénotypique Var(P) (la variance des phénotypes dans la population): Var(P) = Var(G) + Var(E). Var(G) représente la variance génétique dans la population, et Var(E) la variance environnementale. Cette relation peut être complexifiée en tenant compte par exemple des interactions entre le génotype et l'environnement, sous la forme d'un terme de covariance entre G et E.



Pigmentation : substance colorante qui imprègne certains tissus organiques. chez les volailles, elle influence la couleur du plumage, de la peau, des tarses, du bec, des ongles et des yeux.

Pilon : Voir "jambe".

Plastron : l'ensemble des plumes recouvrant la partie supérieure de la poitrine.


Pli de la crête : pli formé sur sa partie frontale par une crête simple.


Plumes tournantes : plumes (du camail) incurvées vers l'extérieur au lieu de tomber sur les épaules.


Plumules : se dit de très petites plumes apparaissant dans la face.


Pointes noires (Ticking) : Flammes situées dans le bas du camail, beaucoup plus petites et discrètes que les habituelles plumes dites flammées.


Poitrine : cage thoracique et les muscles pectoraux qui garnissent le bréchet. Sa forme est toujours définie par un adjectif (large, ample, saillante, arrondie, etc.)


Pommeau de l'aile : petites plumes raides partant du pouce de l'aile, aussi appelées poucettes.


Port : maintien habituel d'une volaille.


Pouce (du pied) : dénomination donnée au doigt arrière.


Protéine : macromolécule formée d'acides aminés et dont est constituée en majorité (50% environ) la matière vivante. Les enzymes, en particulier, sont des protéines.


Queue : l'ensemble des faucilles et des rectrices partant du croupion. Elle a pour but de diriger le vol.
Queue basse : queue portée en dessous de l'horizontale (Combattant M.E.G.).
Queue d'écureuil : queue portée droite chez la poule, portée penchée vers la tête chez le coq (queue correcte chez la Nagasaki. disqualification chez les autres races).
Queue de faisan : (penchée) queue portée légèrement au dessus de l'horizontale (Sumara)

Queue de travers : queue constamment portée sur le côté (penchée à droite ou à gauche) indice de faiblesse ou de rachitisme.
Queue fendue : queue présentant une ouverture à la base des rectrices et l'obligeant à se diviser en deux parties.
Queue oblique : queue portée à 45 °
Queue relevée : queue portée assez haute.


Race : groupe d'individus d'une même espèce ayant des caractères particuliers qu'ils transmettent fidèlement à leurs descendants.


Rectrices : Grandes caudales: au nombre de 14, sont les grandes plumes raides de la queue.
Petites rectrices de couverture : Plumes raides qui recouvrent la base de la queue.


Rémige frisée : rémige tirebouchonnée.


Rémiges primaires : (les principales ou encore "grandes pennes de l'aile" ou encore "plumes du vol") grandes plumes raides plantées sur la main (extrémité de l'aile). L'aile étant fermée, elles disparaissent sous les rémiges secondaires. Sauf rare exeption, elles sont au nombre de dix pour constituer une aile "normale". Elles sont séparées des rémiges secondaires par une petite plume axiale.

Rémiges secondaires : Au nombre de dix également, grandes plumes raides partant du bord de l'avant-bras. Elles recouvrent les rémiges primaires d'une ailes qui est fermée. Elles sont séparées des primaires par une petite plume axiale.


Saumon doré : décrit le plumage caractéristique de la race sauvage dite de Bankiva. Les éleveurs anglo-saxons utilisent les termes "light brown" (brun clair) ou "black red" (noir rouge) suivant que les plumes du camail sont flammées ou non.


Selle : partie des reins correspondant aux vertèbres lombaires.

Talon : partie de l'os qui est au sommet et termine le tarse.

Tarses : (métatarses) : partie du membre postérieur entre la jambe et le pied. C'est une partie osseuse garnie d'écailles protectrices. Il est emplumé chez la Marans. Le talon est au sommet du tarse.


Tectrices : plumes larges et raides faisant suite aux petites et moyennes couvertures de l'aile. Elles recouvrent les rémiges secondaires. Réunies, elles forment la barre de l'aile.


Texture : (de la crête ou des barbillons) disposition des petits grains formant l'apparence externe des attributs de la tête (texture grossière, défaut).


Ticking (pointes noires) : Flammes situées dans le bas du camail beaucoup plus petites et discrètes que les habituelles plumes dites flammées.


Toilettage : préparer un animal en vue d'une exposition afin de le présenter dans des conditions optima.

Triangle de l'aile : voir à Miroir.

Type : en termes d'élevage, se rapporte à l'aspect extérieur d'un sujet, indépendamment des coloris du plumage. Le type détermine la race.


Type sauvage : décrit le phénotype (sous quelque rapport que ce soit) de la race sauvage de Bankiva considérée comme l'ancêtre de toutes les races domestiques. On dira par exemple que la variété "saumoné-doré" (SD) correspond au type sauvage. Dans bien des races on appelle ce coloris plus simplement "Doré" exemple de la Gauloise Dorée.


Variété : terme d'élevage qui se rapporte à l'agencement des coloris du plumage, indépendamment de la race. Une race donnée peut exister en une ou plusieurs variétés.


Vol (main) : extrémité de l'aile comprenant les rémiges primaires. Voir aussi Rémiges primaires.


Yeux vairons: yeux de coloris différents sur un même sujet. Défaut éliminatoire.


ACCUEIL

HAUT DE PAGE

© (copyright) MCF 2001/2012
all rights reserved